Actualités et Agenda du Lycée

Maubeuge Rodrigue, 16 ans, amoureux des maths et des sciences vise le métier de biologiste

Par NICOLAS GERARD, publié le mardi 14 mai 2019 20:50 - Mis à jour le mardi 14 mai 2019 20:51
p1.jpg
Vendredi soir, c’était l’heure des récompenses pour les élèves du collège Vauban et du lycée Lurçat ayant participé à un concours organisé entre les deux établissements pendant la semaine des mathématiques. Parmi les élèves primés, Rodrigue Termolle.

Article de la Voix de Nord du 5 mai 2019

Le raccourci était aisé à réaliser tellement le sujet s’inscrit dans l’actualité. Pour septembre, la réforme du baccalauréat dans laquelle les filières ES, S et L disparaitront, arrivera sur le bureau de tous les professeurs et proviseurs. Une réforme où les mathématiques sont reléguées à l’état de matière facultative que l’on pourra choisir d’intégrer dès la première et poursuivre ou non en terminale avec le tronc commun. C’est pourquoi le concours organisé avec les collégiens de Vauban et les secondes du lycée Lurçat lors de la semaine des mathématiques revêtait un intérêt particulier. Parmi les 253 élèves ayant planché sur les épreuves concoctées par les documentalistes et professeurs des établissements, on retrouve Rodrigue Termolle, 16 ans, du collège Lavoisier de Ferrière-la-Grande. Cet élève se balade dans les matières scientifiques qu’il suit au lycée Lurçat à coups de 16 à 18 de moyenne. « J’aime beaucoup la géométrie et la logique. Mais aussi la physique et la chimie. Les équations équilibrées, je trouve ça sympa. Ce sont mes matières préférées », sourit ce passionné de Pythagore et de Thalès.

Le jeune homme a déjà fait ses choix dans le cadre de la réforme du bac. Pour lui, impossible de faire l’impasse sur les maths. « Je suivrai toujours cette matière, avoue-t-il dans un sourire. Je ne me voyais pas tout arrêter. C’est très important de suivre les mathématiques même si j’ai un gros penchant pour les sciences, la chimie et la physique ». Le lycéen a déjà dessiné son plan de carrière. « Je voulais faire vétérinaire puis je me suis dit que c’était mieux de faire biologiste auprès des animaux. C’est vraiment ce que je veux faire », glisse-t-il. Un choix qui fera bien plaisir au proviseur-adjoint, Pascal Maes, ancien professeur de mathématiques en ES. « Dans les années à venir, on risque de manquer de scientifiques. Il ne faut pas avoir peur des maths. On a besoin d’elles comme des futurs scientifiques », termine-t-il. Rodrigue Termolle pourrait constituer un beau porte-drapeau à cette cause.